Les songes de Rafael - Pareil à un dieu qui dort

Cette nuit je t'ai cherché
dans la maison
Je voulais te sentir en moi
comme la saveur d'un parfum
qui joue de la musique...
Albinoni, Bach, Chopin
ou peut-être Wagner...
Dans ton corps
qui à présent n'est plus
que mémoire

Oui je t'ai cherché
jusqu'au zénithy de la nuit
tu me montres enfin
les étendues de sable
qu'ensemble nous respirions
l'essence des lys blancs
les fleurs de l'aurore
qui poussent sur les dunes en plein été

tu dis :

"Où vont-elles chercher la sève ?
où nourrissent-elles leurs pétales ?"

Tu dis encore :
"regarde, elles n'ont pas peur
elles percent l'hostilité du sol
prennent racine
et résistent au vent des déserts
pour s'épanouir enfin
dans un parfum immortel."

 

Oui cette nuit j'ai pris ta main
dans notre maison de pierre...
Puis ensemble on a fermé les volets
car le soleil brillait trop fort
dans une énigme du temps
voulant faire s'évanouir notre rêve

et nous avons parlé...

Parlé dans la fragilité des lys blancs
qui doucement s'agitaient
sur les dunes musicales
berçant nos songes...

Et au dehors
un grand silence -
semblable à un dieu qui dort

Eclats

L'agitation des rêves

  • Facebook Classic
  • Instagram
This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now